Présentation

Les Forces Majeures

 

 

Orchestre à géométrie variable, les Forces Majeures rassemblent principalement de jeunes instrumentistes issus de formations prestigieuses de musique de chambre, d’orchestres hexagonaux de premier plan ou sortant tout juste de formations musicales supérieures. Raphaël Merlin, par ailleurs violoncelliste du Quatuor Ébène, assure sa direction musicale. Il peut être amené à confier la direction de l’orchestre à tout autre chef désigné par un comité composé de membres de l’orchestre.

Cet ensemble atypique dans le paysage musical refuse la spécialisation et s’adapte aussi bien au répertoire symphonique que lyrique. Sa vocation : réunir des artistes d‘excellence dont les qualités intrinsèques -écoute, réactivité, engagement – permettent de monter des programmes exigeants et d’offrir à tous les publics des spectacles dynamiques et originaux.

À l’occasion de ses premiers concerts en août 2014 dans le cadre du Festival du Haut Limousin, l’Orchestre des Forces Majeures a accompagné deux artistes aux carrières internationales, le pianiste Nicholas Angelich et la mezzo-soprano Karine Deshayes.

 

Un collectif de chambristes

 

Les Forces Majeures s’engagent dans la création d’un orchestre atypique, plus précisément un collectif de chambristes à l’élan participatif : des instrumentistes issus des meilleurs ensembles français de musique de chambre, tels que les quatuors Ébène, Voce, Psophos, Varèse, Strada, Winston, Salieri, Giardini, le quintette Aquilon, le trio Con Fuoco… une constellation de musiciens habitués à la vie de groupe, où la performance repose sur l’engagement de chacun ; de musiciens animés par des valeurs de partage, de simplicité, toujours dans un souci d’excellence ; audacieux, curieux, porteurs d’une joie communicative ; de musiciens engagés dans une démarche positive, constructive, et qui forment un orchestre à leur mesure où ils épanouissent leurs capacités rodées en musique de chambre, dans un répertoire qu’ils ne peuvent aborder que rarement. En somme, de la grande musique de chambre.

Cet état d’esprit repose sur des décisions transparentes. Même si cela oblige parfois à un considérable travail de préparation, chaque artiste, qu’il joue cinq minutes ou un concert dans son intégralité, perçoit le même salaire. Les questions de hiérarchie entre instrumentistes sont écartées, au profit d’un principe coopératif. Tous contribuent à la vie de l’ensemble, aucune compétence n’est négligée. Les artistes participent collégialement à l’élaboration des tournées, au choix des répertoires et à l’invitation d’autres musiciens. Tout cela sous l’égide du directeur musical Raphaël Merlin et de Martin Kubich.

La présence au sein des Forces Majeures d’ensembles constitués permet de proposer, autour d’un concert orchestral, en relation avec sa thématique, des programmes de musique de chambre en trio, quatuor, octuor, etc.

 

Sessions

 

 

La réunion de groupes constitués, aux calendriers bien remplis, suppose un certain espacement de temps entre les sessions : les Forces Majeures ont pour but de devenir un rendez-vous périodique pour des chambristes français et parfois internationaux, afin d’aborder un répertoire plus inhabituel pour eux et de relever des défis atypiques.

Le collectif se réunit deux à quatre fois par an pour des sessions de une à deux semaines avec comme finalité de donner chaque fois au minimum trois concerts d’un même programme.

Il se base sur trois temps fort au gré des saisons :

♦ Les feuilles mortes, le gel (l’hiver)

♦ La renaissance (le printemps)

♦ Les nuits d’été, la chaleur (l’été)

 

 

Diffusion

 

 

Les Forces Majeures tirent aussi leur spécificité et leur originalité de s’adapter à tous les lieux, qu’ils soient institutionnels (Salles de concerts, théâtres, opéras…) ou hors des sentiers de diffusion habituels comme une barge flottante, un centre pénitencier, un hôpital, une maison de retraite, un centre social, une usine, etc.

 

Répertoire

 

Le répertoire des Forces Majeures s’oriente principalement sur quatre axes :

 

Le répertoire orchestral en trois points :

– En premier lieu le répertoire pour orchestre à cordes dont les œuvres les plus ambitieuses seront abordées, ce qui est envisageable de par le type de musiciens engagés. Les chefs-d’œuvre du XXème siècle seront privilégiés : Stravinsky, Strauss, Bartók, Schönberg, Dutilleux, Debussy, Ligeti, Honegger, Chostakovitch etc…, dans des programmes qui seront équilibrés avec des œuvres classiques et romantiques (Mozart, Bach, Schubert, Mendelssohn, Rossini, Puccini…). Le cas échéant, quelques vents seront rattachés pour les œuvres mozartiennes ou haydniennes qui le nécessitent.

 

Le répertoire lyrique

– Des programmes sur mesure pour des chanteurs invités, composés d’extraits d’opéra, dont le concert retrace un aspect ou une thématique plus ou moins flexible : (En août 2014, un parcours de la trilogie Mozart/Da Ponte et un volet Rossini pour Karine Deshayes).

– La création de petites formes d’opéra, soit du répertoire connu ou oublié, soit par le biais de commandes à des compositeurs.

Le recrutement des chanteurs implique de mélanger les générations et non d’en privilégier une au détriment de l’autre. Cependant, une attention toute particulière sera portée sur la jeune génération d’interprètes pour leur permettre de se réaliser dans des productions professionnelles de haut niveau.

 

Le répertoire jazz, populaire et traditionnel

Les « Ebène » incarnent à eux quatre cette nouvelle génération d’artistes s’accaparant avec talent une multitude de répertoires musicaux, qu’ils soient classique, jazz, pop, etc… Qu’ils interprètent Mozart, Mendelssohn, les Beatles ou bien Cole Porter, leur énergie reste la même. Ils mettent leur talent au service de ces répertoires avec la même exigence. Les Forces Majeures se fixent le pari fou, mais tout à fait à la portée de ses chambristes, de s’aventurer – à l’instar des « Ebène » – dans des répertoires jusqu’ici rejetés ou snobés par les orchestres classiques. Loin de s’engouffrer dans le cross-over facile, l’orchestre envisage la réinterprétation du répertoire jazz, pop, populaire et traditionnel en lui apportant de nouvelles couleurs et de nouvelles sonorités grâce à des arrangements originaux.

 

La création, commande d’œuvres

De par sa volonté de s’ouvrir à la musique contemporaine, l’orchestre se fixe l’objectif de jouer, dans au moins un programme par an, une œuvre commandée à un compositeur vivant. Un concours de commandes musicales auprès de jeunes compositeurs sera organisé. Le jury sera composé essentiellement de musiciens de l’orchestre, auxquels se rajouteront des personnalités du monde musical.

Nous nous fixons à terme comme objectif de participer au renouvellement du répertoire pour effectifs réduits.